L’Etat de Vaud s’apprête à renvoyer une femme et ses 3 enfants.

En danger, Mme S. a fui l’Arménie enceinte et avec ses deux enfants. Elle s’est d’abord rendue en Russie d’où elle a pu rejoindre la Suisse avec un visa pour la Rép. Tchèque (elle n’y a jamais mis les pieds). Depuis, elle a appris que son mari avait été assassiné.
Mme S. est seule avec ses enfants de 9 ans, 5 ans et de sa dernière fille qui a 5 mois ! Elle est fragile psychologiquement et est suivie tout comme ses enfants qui vont par ailleurs à l’école.
Le SEM a aveuglément décidé du renvoi en République Tchèque (sur la base du visa) et n’a, sans grande surprise, pas admis la récente demande de réexamen les concernant. Quant au SPOP, après un premier plan de vol, ils ont assigné Madame et les trois enfants à résidence au foyer EVAM de Leysin et n’hésitent ainsi pas à aller de l’avant avec la procédure de renvoi, malgré la fragilité de la situation et l’âge des enfants. Mme S. et ses enfants en bas âge sont donc exposés à une intervention de la police d’un jour à l’autre (au vu du fait que le délai de transfert est très proche, le 21 décembre).

D’un jour à l’autre, eh bien c’était plus que vrai, puisque c’est arrivé le lendemain même de la publication des informations ci-dessus.

Le 5 décembre très tôt, Mme S. ressentant des douleurs importantes au dos s’est rendue aux urgences avec sa fille de 5 mois pendant que ses autres enfants restaient avec une bénévole. Elle a été gardée à l’hôpital le temps des investigations et en plus d’une infection trouvée pour laquelle elle est alors traitée, elle devra subir une intervention prochainement. Un élément de plus au tableau déjà suffisamment alarmant que présente la famille…
En parallèle, autour de 4h30-5h, il se trouve que 2 voitures et 2 fourgons de police se sont rendus au centre EVAM de Leysin pour aller chercher Mme S. et ses trois enfants et les renvoyer ainsi en République Tchèque!!! Ne les trouvant pas au foyer, la police a appelé la personne qui gardait ses deux enfants, puis Mme S. Le SPOP s’est également permis d’appeler les médecins des urgences pour vérifier où elle se trouvait!

Ce harcèlement et cette intervention sont graves et dénotent du mépris de la part du SPOP de toute considération humaine et de cette violence d’Etat qui n’entend plus rien et qui broie tout sur son passage. Qui n’entend pas que trois enfants sont exposés à cette violence et que cela constitue une violation grave de leurs droits. Qui n’entend pas la détresse de cette femme qui peu après sa fuite a appris l’assassinat de son mari. Qui n’entend pas l’avis des médecins. Qui n’entend pas les réactions des parrains/marraines et citoyens qui tentent de les alerter et qui exécute froidement, en dépêchant sans gêne un nombre énorme de policiers et de moyens pour mettre de force une femme et trois enfants, dont un bébé, hors du territoire, peu importe leur situation.

Le délai de transfert n’est pas terminé et malgré les éléments médicaux qui s’ajoutent aux autres éléments déjà suffisants pour ne pas effectuer un renvoi, la famille n’a pas l’assurance que la police ne tentera pas à nouveau d’aller les chercher.

Le SPOP ne baisse pour le moment pas les bras.
Nous non plus.

3 réactions au sujet de « L’Etat de Vaud s’apprête à renvoyer une femme et ses 3 enfants. »

  1. Sadou Bah Réponse

    C’est inadmissible qu’on mette en danger la vie des enfants seulement à cause des papiers

  2. Maystre Marie-Pierre Réponse

    Quelle honte. Comment peut-on agir ainsi ? Sommes-nous devenus des  » barbares »? N’ avons nous plus de cœur mais une pierre à la place ? Demanderons nous pardon pour de telles infâmies dans qq décennies ? Stop à ces renvois.  » PAS EN MON NOM »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*